Accueil

A l’ouverture de ce blog, je me présente rapidement. Je m’appelle Gilles Ducloux, 50 ans.

Quinze ans dans le spectacle et dix d’accompagnement des personnes sans ressource(s), sans domicile(s) et sans papier(s) m’amènent naturellement à poser la question sociale et culturelle dans différents domaines.

Avec ce blog, j’initie une projection dans le « tourisme décroissant ».

Flash-back.

14 juillet 2008. Un déplacement imprévu me mène de Die à Vienne. J’évite l’A7 bouchonnée – « Aujourd’hui, on ne voyage plus… On arrive » écrit Rodolphe Christin dans son Manuel de l’anti-tourisme – et opte pour un itinéraire bis : Montellier, Hauteville, Romans, Beaurepaire. La vitesse tombe, le regard devient plus panoramique et prend en compte les détails. L’esprit vagabonde et redevient productif.

Ainsi, doucement, dans la lumière rasante de cette jolie matinée d’été, les départementales s’enchaînent et m’emmènent dans des lieux apaisants, étangs, jardins ombragés. Là, s’ouvre le cadre d’un tourisme différent, décroissant. Décroissant.

Rompre avec les marées humaines, les mains crochetées sur le porte-monnaie familial. Ah ! Les foules. Les plages bondées. Crèmes bronzantes, hydratantes et répulsives. Ecrans blancs, pubs aveuglées, piscines éclatantes (Au Chili, les promoteurs ont construit « la plus grande piscine du monde » ; des kilomètres de piscine… en bord de mer. Ecoeurant).

Entre 1936 et 2008 (année mémorable de l’explosion durable du prix du pétrole), le tourisme est devenu la 1ère industrie du monde, (112 milliards d’euros en 2007, en France) bien qu’il ne concerne que 3,5 % de la population mondiale. Instructif.

Bien que n’étant pas un écolo radical, j’ai envie d’offrir à mes enfants autre chose que ce modèle formaté – bosser comme un ouf toute l’année pour craquer tout en quelques semaines – et en prime, souffrir comme dans une chanson de Michel Jonas « … Alors on regardait les bâteaux. On suçait des glaces à l’eau… »

Plus les années passent et plus notre famille s’éloigne délibérément des circuits touristiques de masse. Les stations d’autoroutes bondéA7 Autoroute near Orangees, les cartes postales de bords de mer, les tarifs spéciaux hautes saisons ont épuisé depuis longtemps notre porte-feuille autant que notre conscience. Nos vacances nous entraînent chez des amis, dans des lieux non courus, des petits festivals. On plante la tente neuf places (les enfants) quelques jours puis l’on reprend la carte et l’on dirige l’index vers un nouvel itinéraire.

Tourisme décroissant ? Et si on réunissait ici, dans ce blog, les bonnes idées et les projets pour voyager différemment ?

Hasard ou opportunité. J’apprends, quelques jours plus tard, par un type qui deviendra peut-être au fil des jours un ami, qu’un projet de piste cyclable verra le jour en 2012. (Je ne suis plus un homme pressé). Quelques huit cents à six cents kilomètres (les chiffres varient selon les informations) de pistes cyclables en continu le long des berges du Rhône, de sa source à son embouchure.

Le Rhône.

Fleuve quelque peu magique pour moi qui ai passé une partie de mon enfance sur ses berges. J’en connais sa puissance, sa beauté perdue et ses dangers. (Savez-vous que beaucoup de monde s’occupe de le réhabiliter en ce moment ? ).

Ce sera le théâtre de mon opération…

Fin du flash-back.

Retour au présent / futur.

Mais qu’est-ce que le tourisme décroissant ?

Ces petites patates vont vous aider à nous situer.

Nous sommes à l’exacte croisée des chemins.

Le social, l’économie et l’écologie, correctement gérées, créent du viable, du vivable et de l’équitable, donc du durable.

On aurait donc pu cibler encore plus :  tourisme décroissant durable. Mais là…

Les thèses des penseurs divergent (Je vous renvoie au Club de Rome pour plus d’approfondissements) : les fondateurs de la décroissance économique s’opposent à l’économie durable car une croissance économique ne peut être durable puisqu’elle épuise les ressources de terre ! CQFD.

Les militants décroissants sont donc plus radicaux que les économistes durables.

Mais leur logique est inébranlable : père, explique à ton enfant que si tu ne consommes pas moins aujourd’hui, demain c’est lui qui ira au casse-pipe. (Demain étant la fin du XXI s. d’après le professeur Dennis Meadows, une paille).

Faut-il mieux anticiper  – enfin, si l’on peut parler d’anticipation. En matière d’écologie, nous sommes plutôt dans l’inertie positive – ou se le prendre dans le cul plus tard ?

C’est donc par souci de cohérence que j’ai accolé les signifiants tourisme et décroissance. En plus, je trouve intéressant de les rapprocher alors qu’ils sont apparemment antagonistes. Le tourisme est la période où, sous prétexte qu’on n’a que quelques semaines pour jouir, on consomme comme des fous. Je prétends, et par ce blog je souhaite croiser votre réflexion, que l’on peut trouver du plaisir tout en veillant à limiter sa consommation  – mais pas son imagination -.

Le tout étant de s’organiser. Démocratiquement, s’il vous plaît.

La perte du Rhône

Ah, Pour finir de décliner mon projet de tourisme décroissant : vous aurez peut-être remarqué que je n’ai pas encore abordé la sphère du politique.

Sur ma planète décroissante je ne veux pas de politiques… J’emploie le « s » volontairement, vous allez comprendre.

Comment ? Mais la politique est partout ! Comment peux-tu parler d’écologie, de social et d’économie sans parler de politique, me direz-vous. Oui, et bien c’est justement parce qu’il est partout qu’il n’est plus nulle part. Tout le monde sait que ce sont quelques gros mandarins capitalistes qui gèrent leur cash en massacrant notre planète, le CAC 40 dans une main et notre avenir dans l’autre. Nous ne sommes même plus dans un libéralisme triomphant, nous sommes dans une mafio-nation du monde.

Je viens de traverser, à pied, les égouts de la politique. Je n’y ai rencontré que des égos sur-développés à langues de plomb et convictions variables. Le tourisme décroissant est fait pour laver l’esprit, pas pour l’encombrer de stratégies de récupérations.

Attention, j’ai moi-même mes convictions et, si vous avez vite compris qu’elles ne sont pas d’extrême-droite, je souhaite surtout veiller à décloisonner et à éviter la récupération (sauf des vieux métaux) à tout prix.

Bien. Peut-être ai-je maintenant fait le tour du concept et vous appartient-il de réagir…

Hallage d’une barge sur le Rhône, magnifique.

Bientôt je déclinerai mon projet en actions sur deux thèmes :

  1. promouvoir le fleuve Rhône, comme terrain d’aventure géant et fédérateur, (association loi 1901 en phase d’étude),
  2. projet de création d’un camping décroissant, (gestion  type Société Coopérative d’Intérêt Collectif), sur les berges du Rhône.

Comment ? Rendez-vous sur la page Actions où vous suivrez en direct les épisodes de la mise en place du projet…

Publicités

Responses

  1. Très belle initiative,

    un projet pertinent, merci de me tenir informé des avancés…si vous avez besoin d’un coup de main !!!

    avec tout mon soutien

    Oussama Naouar

  2. Bonjour Gilles,

    On s’est rencontré à Ménival, Vérone…dans un projet de spectacle vecteur d’humanité puisqu’il concernait des adolescents en perdition. Ce fut une belle expérience dont il me reste de beaux souvenirs.

    Que de chemin parcouru pour toi depuis 15 ans pour passer du monde du spectacle à celui d’une conscience accrue d’un monde à la dérive !

    Belle échappée…pour mieux te retrouver sans doute ?!

    J’ai lu avec attention les articles de ce blog trouvé par hasard ; j’en ai apprécié l’esprit et l’engagement…je reviendrai.

    Qui sait, peut être à bientôt, ici ou ailleurs sur les berges du Rhône ?!
    MJo

  3. Je m’appelle Mic Guillaumes et j’ai 60 ans.
    Je continue à danser, en France et dans divers pays du monde car dans l’ailleurs il y a du ressourcement, de la prise de distance, des bonheurs imprévus, de l’humanité terre d’accueil.
    Et que l’art c’est ce qi permet de trouver la vie plus belle que l’art.
    alors au plaisir de te voir, re-voir.
    Je t’embrasse
    MG


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s